Laboratoire / Radon / Généralités

Radon - Généralités


Le radon : caractéristiques et origine
Le radon appartient à la famille des gaz rares (hélium, néon, krypton...). Inodore, incolore, sans saveur, il ne réagit pas chimiquement avec les autres éléments. C'est le seul gaz rare à être naturellement radioactif. Le radon 222, qui est la principale forme du radon, provient de la chaîne de désintégration de l'uranium 238, naturellement présent dans toute l'écorce terrestre. Il est produit par la désintégration du radium 226.

 


Le radon dans le sol et dans l’air extérieur
Le radon émane du sol et se dilue rapidement dans l'air extérieur. Sa concentration moyenne est alors de l’ordre de 10 Bq/m3 (Becquerels par mètre cube). Des niveaux beaucoup plus élevés peuvent être mesurés par exemple à proximité des gisements uranifères.
Certaines zones présentent en moyenne un risque d'exposition au radon plus élevé. C’est notamment le cas des secteurs à dominante granitique (Massif Central, Massif Armoricain, Vosges, Corse, …). Cependant, des anomalies ont été relevées en dehors de ces zones, par exemple dans des secteurs sédimentaires comportant des failles.

Le radon dans les bâtiments
Le radon s’accumule dans les espaces qui sont peu ou mal aérés : les cavités naturelles mais aussi les bâtiments.
Le radon s'infiltre dans les bâtiments par les fissures, les jointures, les canalisations... Il provient principalement du sous-sol (roches, failles, eaux....), mais aussi des matériaux de construction qui contiennent, en plus ou moins grandes quantités, du radium. Lorsque les émanations sont importantes et/ou le renouvellement d'air insuffisant, le radon s’accumule, pouvant atteindre dans certains cas des teneurs très élevées.

Risques
L’inhalation du radon et surtout de ses descendants radioactifs provoque des lésions dans les cellules de l'appareil respiratoire.

Entre 2004 et 2006, ont été publiés les résultats de trois analyses regroupant les données de plusieurs études cas-témoins conduites en Europe (1), en Amérique du Nord (2) et en Chine (3). Elles établissent un lien de causalité entre l''exposition prolongée au radon dans l'habitat et l'incidence du cancer du poumon et aboutissent à des évaluations concordantes du niveau de risque (risque relatif de 8 à 13 % pour 100 Bq/m3) (4). Les résultats sont compatibles avec une relation linéaire sans seuil : le risque augmente proportionnellement à l'exposition au radon et aucun seuil d'innocuité n'a été mis en évidence. L'étude européenne montre un excès de risque chez les personnes exposées à des concentrations comprises entre 100 et 200 Bq/m3 (moyenne de 136 Bq/m3) par rapport aux personnes ayant vécu dans des logements présentant des concentrations en radon inférieures à 100 Bq/m3 (moyenne 52 Bq/m3). 

  • Le radon est la seconde cause de cancer du poumon après le tabac ;
  • Il serait à l’origine de 3 à 14 % des cancers du poumon ;
  • le risque est beaucoup plus élevé pour les fumeurs que pour les non-fumeurs, mais le radon est la principale cause de cancer du poumon chez les non-fumeurs.
  • parmi les 25 000 décès par cancer du poumon qui surviennent chaque année en France, 1 200 à 3 000 seraient attribuables au radon (5) ;
  • la proportion de décès par cancer du poumon attribuables au radon domestique serait comprise entre 8 et 11% parmi les fumeurs, et entre 36 et 50% parmi les non-fumeurs.


Mortalité cumulative attribuable au cancer du poumon à l'âge de 75 ans (%)

Radon in homes and risk of lung cancer : collaborative analysis of individual data from 13 European case-control studies, Darby S. & al, BMJ, 2005 Jan 29. Version française consultable dans BEH n°19, INVS, 2007

Réglementation
Le risque lié au radon, pointé par la CRIIRAD depuis 1988, est progressivement pris en compte par la réglementation française. Les contrôles de radon sont obligatoires depuis 2004 dans les établissements recevant du public de 31 départements et depuis 2009 dans certains lieux de travail. Cependant, la gestion du risque lié au radon dans l’habitat n’est à ce jour quasiment pas réglementée alors qu’il s’agit souvent de la principale voie d’exposition à la radioactivité compte tenu du temps d'occupation (les français passent en moyenne 67% de leur temps à leur domicile (6)).

Actions correctrices
L’accumulation de radon dans un bâtiment n’est pas une fatalité :
- au moment de la construction d’un bâtiment, le choix de solutions techniques adaptées permet d’éviter la présence de concentrations élevées ;
- il existe des méthodes, souvent simples, permettant de réduire les concentrations en radon dans un bâtiment existant.



1. Darby S. & al, “Radon in homes and risk of lung cancer : collaborative analysis of individual data from 13 European case-control studies”, BMJ, 2005 Jan 29. Version française consultable dans BEH n°19, INVS, 2007

2. Krewski D. & al., “Residential radon and risk of lung cancer: a combined analysis of 7 North American case-control studies”, Epidemiology, 16:137-145, 2005

3. Lubin J.-H. & al., « Risk of lung cancer and residential radon in China: pooled results of two studies”, Int J Cancer, 109:132-137, 2004

4. Ces valeurs sous-évaluent très probablement le risque. Lorsque les études sont limitées aux personnes pour lesquelles les évaluations des doses sont les plus fiables, les coefficients de risque augmentent dans les 3 études, les résultats variant alors de 18% à 32% pour 100 Bq/m3.

5. Catelinois O. & al., « Evaluation de l’impact sanitaire de l’exposition domestique au radon en France », InVS, BEH thématique 18-19, 15 mai 2007

6. Zeghnoun A. & al., « Estimation du temps passé à l’intérieur du logement de la population française », InVS/CSTB, novembre 2008

 

Dernière mise à jour : 05/08/2014 - Julien Syren