Objets au Japon

1. Comment contrôler le niveau de radioactivité d'un objet manufacturé en provenance du Japon ?

Les retombées consécutives à la catastrophe de Fukushima en 2011 ont fortement affecté de nombreuses portions du territoire japonais y entrainant une contamination de l'air, des sols et des cultures.
La CRIIRAD est régulièrement sollicitée par des citoyens français qui s'interrogent sur les risques que des objets manufacturés en provenance du Japon soient contaminés (objet d'art, véhicule, casque moto, appareil photo, téléviseur, jouet, théière …).
Des objets ou matières premières qui auraient été contaminés durant la phase critique en 2011 pourraient présenter une contamination résiduelle pendant plusieurs années en particulier par le césium 137 pour lequel il faut attendre 30 ans avant que sa radioactivité ne soit divisée par 2. D'un autre côté la probabilité que des objets manufacturés aient été effectivement contaminés est faible.
En tant qu'acheteur la première chose à faire est de s'interroger sur les risques que tel ou tel objet puisse être contaminé compte tenu des conditions de fabrication, de l'origine des matières premières, des lieux d'entreposage, de la date de fabrication, etc.. Il est aussi possible d'interroger le fournisseur ou l'importateur et de lui demander s'il a mis en place des contrôles.

Dans le doute, le citoyen peut effectuer 2 types d'actions : essuyer l'objet avec un chiffon afin d'éliminer une éventuelle contamination "labile" à sa surface.

Dans l'hypothèse d'une contamination notable au coeur de l'objet et donc non "enlevable" avec un chiffon, un contrôle simple peut être effectué par exemple avec un compteur Geiger afin de s'assurer qu'il n'y a pas d'émission anormale de rayonnements bêta-gamma.

(voir FAQ où en acheter, voir FAQ où en louer ?)

BC et RD - 28/07/2014